Quilt de Jane Stickle

(connu également sous le nom de Dear Jane)

Quilt de Jane A. S'tickle

Un voyage dans le Vermont, l’un des 6 Etats de la Nouvelle-Angleterre, tout au Nord-Est des Etats-Unis, m’a tout naturellement conduite à Bennington où j’ai eu la chance d’admirer le superbe quilt de Jane A. Stickle. En 1982, ce quilt fut exposé pour la première fois au Musée de Bennington, avec l’étiquetage suivant : « In War Time. 1863. Pieces 5602. Jane A. Stickle. »

Depuis que Brenda Manges Papadakis a écrit son livre « Dear Jane », le Musée de Bennington est visité à l’automne durant les quelques semaines d’exposition du quilt par des quilteuses Américaines et du Monde entier. Contempler cette œuvre admirablement bien conservée a été pour moi un grand moment d’émotion et d’admiration.

Un peu d’histoire au sujet de cette courtepointe unique (1)

A la Foire Agricole de Bennington en 1863, Mrs J.B. Smith de Manchester (Vermont), Mrs Taft et Mrs W.P. (Walter P.) Stickle, présentent chacune une très belle courtepointe. Un article paru dans le Bennington Banner’s nous éclaire aujourd’hui sur la vie de Jane A. Stickle. Il est y notamment précisé que Mrs Stickle a été longtemps alitée car elle était atteinte d’une maladie. Son désir de trouver une occupation adaptée à son immobilité l’a amenée à réaliser ce quilt. Une semaine plus tard, ce même journal publie la liste des gagnants. Dans la « section des dames », le prix du plus beau quilt est attribué à Mrs W.P. Stickle, avec un gain de 2 $ soit environ 40 $ d’aujourd’hui. Dans le recensement de 1850, il est noté qu’Erastus Blakely, parfois écrit Blakley, le frère de Jane, était tailleur. Ceci expliquerait que Jane ait eu à sa disposition une multitude de bouts de tissus différents pour créer et réaliser son quilt.

Durant L’hiver 1963, une photo du quilt de Jane A. Blakely Stickle est dans la revue « Patchwork Quilts Dame Cercle Magazine ». Ce quilt avait été remis au Musée de Bennington par un des descendants de Jane A. Stickle car elle était originaire du Vermont. La photo ne montrait pas le quilt dans son entièreté puisqu’il était disposé sur un meuble haut. En 1991 Donna Bister et Georges Cleveland ont fait connaître ce quilt par la publication d’une photo dans leur livre « Plan and Fancy » – Vermont’s people and their Quilt as a reflection of America. Depuis, le quilt est exposé chaque année au Musée de Bennington durant 4 à 6 semaines en septembre et octobre, de manière à protéger les tissus.

L’incroyable travail de Jane A. Stickle :

A cette époque, les quilts étaient souvent composés de blocs de plus grande taille, en général des carrés de 8 à 12 inches de côté (à peu près 20 à 30 cm). Ces carrés étaient le plus souvent réalisés par différentes personnes pour un même quilt. Un nom, une date, un lieu et parfois un court message, étaient indiqués au dos du carré. Une autre particularité du quilt de Jane A. Stickle est qu’elle l’ait réalisé seule, choisissant des dessins de blocs existants mais aussi en créant de nouveau motifs. Jane a choisi d’utiliser un seul tissu par bloc, associé à un tissu uni blanc cassé. Jane avait fréquenté l’école et avait des notions assez poussées en géométrie. A son époque, des notions artistiques étaient également enseignées dans les écoles.

Le dos du quilt de Jane est fait de deux morceaux de toile de lin et coton. Ce tissu lui a été donné par sa mère puisque ses initiales figurent sur l’un des bords du dos du quilt, marquées au point de croix. Il était d’usage à cette époque de marquer les draps de lin et de cotons des initiales de la propriétaire.

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur la vie de Jane Stickle :

Renommée mondiale de ce Quilt nommé le plus souvent « Dear Jane » :

Brenda Papadakis a eu le « coup de foudre » pour le Quilt de Jane A. Stickle et a passé cinq années à en détailler les 169 blocs carrés, les 52 triangles et les 4 blocs de coin.  Elle a dessiné tous les blocs et les triangles de ce Quilt puis les a réalisés avec ses élèves et d’autres passionnées de patchwork. Ce travail a donné naissance au magnifique livre « Dear Jane » vendu dans le monde entier. Tout au long de cet ouvrage illustré par les blocs et les triangles du Quilt, Brenda écrit à Jane des lettres de « femme à femme ». Le succès mondial du livre « Dear Jane » a permis à de nombreuses quilteuses de réaliser cette courtepointe.

Pour plus d’informations sur Quilt de Jane Stickle au Musée de Bennington, suivez le lien : https://benningtonmuseum.org/portfolio-items/1863-jane-stickle-quilt/

(1) Courtepointe (anciennement courte-pointe) et Quilt sont synonymes : tous deux se composent d’au moins deux épaisseurs de tissus piquées ou brodées enfermant un rembourrage. Les courtepointes arrivent au nouveau monde par les Colons venus d’Europe. Très vite le mot « Quilt » est adopté en anglais pour nommer les courtepointes. (to quilt signifie matelasser).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer